Marché d’Adidogomé Assiyéyé : un nid de “terroristes” à nettoyer

Dans la plupart des marchés, les commerçants et commerçantes sont intimidés, menacés, martyrisés et terrorisés par des responsables, agents de sécurité et « tickettiers».. Le spectacle inhumain affiché par ces derniers est regrettable et digne d’une autre époque. Si tout se passait, presque dans le silence, l’incident grave survenu, le 05 mars 2022, au marché d’Adidogome Assiyéyé a mis à nu le degré de barbarie et d’animosité de ceux-là qui sont censés traiter les commerçants et commerçantes comme des partenaires importants dans le développement des communes.

Au marché Adidogomé Assiyéyé, il y a une catégorie de responsables, d’agents de sécurité et de « tickettiers » qui affiche un comportement qui n’a rien à envier aux agissements de terroristes dont le but est créer le désarroi sur leur passage. Dans ce marché, d’aucuns vont jusqu’à se prévaloir de leur appartenance au parti Union pour la République (UNIR), pour semer l’injustice sociale. Des commerçants ou commerçantes qui dénoncent des actes d’injustice qui met en péril le vivre-ensemble écopent, abusivement, des mises à pied avec risque de voir leurs places être octroyés à d’autres personnes.

Des comportements violents sont affichés vis-à-vis, même, des taxis motos et autres par certains jeunes excités en complicité avec des responsables, agents de sécurités ou « tickettiers » ; ce qui oblige nombre d’acteurs de ce marché à garder le silence sur certains faits pour ne pas subir des représailles. A la rencontre du Maire du Golfe 7, Aimé Djikounou, le 23 mars 2022, pour avoir les bonnes versions de l’incident du 05 mars 2022, la peur d’être martyrisé après a contraint des témoins au silence. Pour ramener la sérénité dans ce marché considéré par d’aucuns comme un nid de terroristes, le faudrait passer, avec courage, au nettoyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *