Vie chère au Togo : le gouvernement a démissionné

Les togolais tirent le diable par la queue. Ils ont faim et vivent le supplice. La situation sanitaire mondiale touche tous les secteurs d’activité. Au Togo où la situation n’était pas rose avant la survenue de la Covid-19, les populations ressentent, durement, les conséquences. La misère est devenue ambiante. Des pères de famille sont contraints, presqu’à la mendicité, les fonctionnaires, malgré la régularité des salaires, n’arrivent pas à joindre les deux bouts puisque ces salaires sont trop maigres. Dans ce contexte difficile, le gouvernement a démissionné dans la recherche de mécanismes pour sauver les togolais.

Il n’est pas aisé, depuis quelques temps, de se procurer les produits de première nécessité. Tout est devenu cher. Dans les marchés, les commerçants et commerçantes, crient à la mévente non pas parce qu’il n’y a pas les clients mais la raison est que ces derniers n’ont pas les moyens pour faire les achats.

Des familles n’arrivent pas à se donner un « semblant » de repas par jour. Bref, les Togolais qui ne sont pas de la minorité qui baigne dans un luxe insolent, sont à bout de souffle malgré les efforts. Ils se demandent à quel saint se vouer pour avoir le minimum de secours. Le gouvernement semble ne pas avoir la solution pour soulager les peines de ses concitoyens. Tout se résume aux beaux discours qui sont loin de constituer un déclic dans le sens de l’amélioration du panier de la ménagère.

.Les populations sont résignées à constater que Madame le Premier ministre, Victoire Tomégah-Dogbé et son équipe se préoccuperaient peu de leurs misères. Certes, le coronavirus n’est pas un allier pour de sublimes actions mais c’est dans les difficultés qu’un gouvernement démontre ses réelles capacités à trouver des mécanismes pour maintenir son peuple en vie.

Aujourd’hui, la misère crée des frustrations et fait naitre le désespoir. Les togolais ne demandent pas le paradis mais, ils veulent avoir l’essentiel à même de leur permettre de faire face à leurs besoins vitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *