Gestion des communes : les intérêts engendrent et nourrissent les conflits de personnes

La gestion des communes au lieu de viser le développement, semble avoir pour but le confort personnel insolent. Si dans certaines communes les choses semblent se faire dans les règles de l’art et en toute collégialité, dans d’autres, la recherche des intérêts engendre et nourrisse des conflits de personnes.

Les communes où des problèmes de personnes ne sont pas évoqués sont rares. Alors que les populations ont semblé espérer le développement de leurs collectivités conformément à l’essence de la décentralisation, il se révèle aujourd’hui le contraire. Dans des communes, c’est des soupçons de malversations et de détournements. Des camps se sont formés entre élus locaux sans considérations politiques mais sur la base des intérêts à tirer. Les conflits de personnes ont de beaux jours dans des Conseils municipaux et les questions de développement dans la transparence, la collégialité et l’inclusion peuvent attendre.

Le combat entre les clans s’explique, entre autres, par le fait que des élus locaux considèrent les communes comme des vaches à lait, l’immaturité dans la gestion des affaires communales et les réflexes des pratiques au temps des délégations spéciales. L’espoir des populations dans la prise en compte réel de leurs problèmes de proximité est déçu. Les taxes et autres payés par les citoyens après sacrifices sont gérés dans des conditions floues par certains responsables communaux et leurs complices suscitant des grincements de dents au niveau des autres élus qui n’arrivent pas à avoir leur part du « gâteau communal ». Les uns accusent, les autres se défendent et le développement est le cadet des soucis. Les promesses faites pour obtenir la confiance des électeurs ne connaissent pas encore véritable début d’exécution.

L’impression que les populations ont c’est que les élus locaux sont là pour accroitre leur misère au lieu d’améliorer leurs conditions de vie. Les méthodes de recouvrement semblent étouffer les citoyens. Il existe un fossé dangereux entre les populations et les administrations municipales. Le manque de pédagogie est criard dans les relations entre les administrés et les élus locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *