CNO-TOGO : Wona Germain ou la peur du débat contradictoire

Alors que la campagne électorale pour l’Assemblée Générale du 19 décembre au Comité National Olympique du Togo (CNO-TOGO) s’achève dans quelques jours, Wona Germain, l’un des candidats à la présidence de l’institution, continue de décliner toutes les invitations au débat contradictoire avec son principal challenger, Deladem Akpaki.

Il est bien de présenter son programme d’action. Mais il est encore mieux de pouvoir le défendre dans le cadre d’un débat contradictoire. Depuis le début de la campagne électorale, les médias ont régulièrement fait le pas envers les deux candidats à la présidence du CNO-TOGO. A en croire des confrères sportifs, là où le bât blesse, c’est du côté de Wona Germain, habitué ces derniers temps à faire feu de tout bois dans la presse, mais hostile à toute idée de débat contradictoire. Selon nos informations, à chaque fois qu’il est invité à un débat contradictoire dans le cadre d’un plateau spécial, que ce soit sur la Télévision Togolaise (TVT) que sur d’autres antennes dont Radio Sport FM par exemple, celui qui estime avoir le meilleur profil pour succéder à Azaad Kélani Bayor a toujours une seule réponse sèche : « je suis occupé ! »

Une position qui suscite bien des questions au sein de l’opinion. « De quoi Wona Germain a-t-il si peur ? Pourquoi son challenger est disposé à faire le débat et lui préfère plutôt fuir les antennes ? Quelle meilleure occasion peut-on encore avoir pour convaincre les électeurs et le public sportif ? ». Autant d’interrogations dont le conseiller sortant du CNO-TOGO est seul à avoir les réponses. « Il se dit qu’il a une peur bleue du micro. Qu’il est incapable de défendre lui-même son programme d’action et qu’il ne sait même pas de quoi il s’agit. C’est d’ailleurs pour cela que nous souhaitions que les deux candidats confrontent leurs idées, afin que le public apprécie mieux le pedigree de l’un et de l’autre par rapport à la gestion prochaine des affaires au CNO-TOGO », commente un journaliste sportif.

Wona Germain finira-t-il par accepter le débat contradictoire avec son principal challenger sur les antennes ? La balle est pour l’instant dans le camp du candidat malheureux aux élections de février 2016 à la Fédération togolaise de football (FTF).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *